SOCMA

1987:
Mr FERRANDEZ crée sa propre entreprise de maintenance industrielle et vinicole.
 
1990:
Mr FERRANDEZ intègre à son action la vente de matériel de vinification et baptise son entreprise la SOCMA : Société OCcitane de MAintenance.
Se spécialisant dans le domaine vinicole, il prend connaissance des besoins en matériel de la profession et réfléchit à sa propre gamme de matériels de chai.
 
1997:
Mr FERRANDEZ dépose un brevet et développe le Turbopigeur, qui fait la réputation de la SOCMA et poursuit en parallèle la recherche de nouveaux produits, il met en place un bureau d'étude.
Remarqué par la profession, le Turbopigeur obtient une médaille d'argent au SITEVI. La même année il séduit des oenologues du monde entier et s'implante dans les pays étrangers (Hémisphère Sud).
 
1999:
Après le succès du Turbopigeur, reconnu excellent outil d'extraction, la SOCMA va se pencher sur la sélection des baies et brevète l'Egreneur plan, qui sépare délicatement les baies des végétaux.
Il est primé la même année, au SITEVI, d'une médaille d'argent.
 
2000:
Le concept de l'Egreneur plan est intégré sur les machines à vendanger.
Le Turbopigeur quant à lui, se vend toujours aussi bien avec 230 exemplaires dans l'année.
 
2001:
La SOCMA innove encore : création d'un fouloir compact et léger, d'un convoyeur à bande modulaire pleine, d'un pigeur pneumatique et d'un tapis transporteur à fouloir pendulaire.
La table de tri démontable fait ses premiers adeptes.
 
2002 :
Près de 1200 Turbopigeurs fonctionnent dans le monde et l'Egreneur plan a fait ses références.
Un nouveau produit breveté: le Batonneur plonge dans les meilleurs vins blancs du monde pour y maintenir les lies en suspension.
 
2003:
Plus de 1300 Turbopigeurs fontionnent sur la planète.
150 Egreneurs embarqués font leurs preuves. Réalisation des premiers essais par les organismes agrées : les résultats sont probants (simplification de la chaîne de réception, 71 % de la matière indésirable éliminée dès la souche, obtention de vins beaucoup plus fruités, élimination des goûts herbassés). Mise au point de pré-séries de nouvelles machines. Des prototypes sont mis à l'essai en vue d'un développement futur.
 
2004:
La SOCMA lance sa table de tri. Breveté à son tour, par sa simplicité, son ergonomie et sa facilité de nettoyage, elle gagnera le prix de l'ingéniosité. La  trémie vibrante à suspension spéciale SOCMA et barrettes réglables, fait ses premiers pas.
 
2005:
Aux vendanges 2005, 17 vinificateurs adoptent la trémie vibrante SOCMA pour tamiser leur vendange.
Plus de 500 machines à vendanger sont équipées de l'Egreneur plan.
Pour être indépendante, la SOCMA investit dans un poste de découpe laser afin de minimiser la sous-traitance.
Un designer découvre la qualité de fabrication SOCMA. La création d'une ligne de mobiliers de restauration s'ensuit pour opencook et la fabrication de mobiliers de cuisine professionnelle pour L'auberge du vieux puits à Fontjoncouse.
 
2006:
La SOCMA réinvente le tri mécanique. En mars 2006 une équipe se rend en Afrique du sud à Boekenhoutskloof pour valider le concept du dispositif de tri automatisé qui sera baptisé le Viniclean. En septembre 2006, 23 Viniclean 5T/H fonctionnent dans l'hémisphère nord. Avec Le Viniclean, l'entreprise démontre une fois encore qu'il est possible d'allier simplicité et efficacité.
 
2007:
L’équipe SOCMA valide le Viniclean 10 T/H à Beyersloof en Agrique du Sud.
En septembre 2007, 34 Viniclean séduiront la clientèle de l’hémisphère Nord.
Pendant les vendanges, la SOCMA crée une laveuse de cagette (intérêt œnologique et économique avec son système pour recycler l’eau usée) et un basculeur de cagette (confort de travail pour le vigneron).
La SOCMA vient de se voir décerner par la Chambre des Métiers au niveau régional et national, le prix Stars et Métiers dans la catégorie innovations technologiques.
 
2008:
La SOCMA travaille encore sur de nouveaux matériels qui ne tarderont pas à voir le jour.

 

La Socma travaille sur un projet de filtre destiné aux laboratoires œnologiques et vignerons pour faciliter leurs travaux de prélèvement d’échantillons.

 

En 2010, la SOCMA crée une nouvelle machine « l’Egreneur vertical Vibrant ». Afin d’activer sa validation, une machine est envoyée au Brésil, face aux difficultés douanière, la SOCMA ne pourra lancer que dix prototypes qui seront testés dans la France entière.

 

Pour 2011 la SOCMA associe son Egreneur-trieur et devant une énorme demande, la SOCMA investit dans deux robots de soudure, une fraiseuse à commande numérique et des logiciels plus performants au bureau d’études pour la conception en 2D, logiciel d’usinage.

 

En 2012, face au succès de l’egreneur- trieur et à une production massive, la SOCMA investit dans un robot de microbillage et se penche sur le développement d’une table vibrante innovante afin de compléter sa gamme de réception de vendange.